News in French

Use module action menu to edit content

Current Articles | Search | Syndication

Formation en suivi et en renforcement de capacité pour la protection et la preservation du Lamantin

27-May-2010

Toubacouta, Senegal - La conservation du lamantin ouest-africain est renforcé avec la tenue de la formation sur les méthodes de suivi de l’espèce pour des participants venant d’institutions gouvernementales et d’ONG de six pays du PRCM (Programme Régional Marin Côtier) du 20 au 25 mai à Toubacouta, Delta du Saloum, Sénégal. Afin de relever les défis de la connaissance sur ce mammifère aquatique dont le suivi n’est pas évident, les méthodes partagées ave les participants ont permis d’amorcer la constitution d’une base de données commune à toute la région ouest africaine.

Qui sont les lamantins?

Les lamantins sont des mammifères herbivores aquatiques qui vivent dans différents types d’habitats de zones humides, variant des estuaires, habitats continentaux en passant par les rivières, lacs et mares. Ces espèces menacées figurent sur la liste rouge de l’UICN. Elles migrent facilement d’un type de zone humide à l’autre ; des estuaires saumâtres aux zones côtières. Les lamantins sont en fait d’excellents indicateurs de santé des zones humides; les lamantins ne sont présents que dans les zones humides qui sont dans un bon état de conservation et où l’action anthropique n’est pas des plus prononcée

Quels sont les problèmes avec le suivi des lamantins?

Il y’a de nombreux défis dans le suivi du lamantin en Afrique de l’Ouest. Avec l’eau saumâtre (pas claire) qui est plus communément dans son espace de répartition en Afrique, les suivis aériens sont quasi impossibles. En outre, pour définir l’âge du lamantin, la seule technique fiable reste l’analyse des anneaux de croissance l’os de l’oreille interne (ear bones)

En collaboration avec des spécialistes internationaux, 10 modules de formation au projet de la Conservation du lamantin ont été élaborés et distillé aux représentant de gouvernements, des ONG partenaires des six pays Ouest Africain dont la Mauritanie, Le Sénégal, La Gambie, la Sierra Leone, La guinée Bissau et la Guinée. Avec les nouvelles méthodes uniformes de contrôle, toutes les données de l’Afrique de l’Ouest peuvent être comparées et ajoutées à la base de données centrale, qui est actuellement construit par Wetlands International Africa. Ceci renforce la capacité d’évaluer et d’analyser des chiffres et tendances, le renforcement de la fondation pour la protection de l’habitat du lamantin et de la restauration.

Les thèmes des modules de formation comprenaient la Morpho métrique et la mesure crânienne ainsi que des méthodes pour estimer l’abondance relative, le nombre minimal de lamantins : L’observation, l’analyse et la télémétrie. Ces 2 modules seront disponibles en vidéo.

Quels sont les problèmes que rencontrent les lamantins?

Dans la sous région ouest africaine, le lamantin ouest africain (Trichechus senegalensis) en voie de disparition est confronté à des différents problèmes par pays, y compris les complications transfrontalières. Quelques espèces sont citées comme prédatrices du lamantin, en particulier, le crocodile et à de rares occasions, le requin. Les infections de la peau et la sécheresse constituent des menaces naturelles. Wetlands International Afrique a déjà appuyé plusieurs missions de sauvetage de cette espèce, en particulier au nord du sénégal. C’est une tâche ardue d’avoir ces grands animaux hors de l’eau et de les libérer dans certaines parties de la rivière ou l’eau est abondante. Le changement climatique et les ouvrages de franchissement construits sur les cours d’eau augmentent encore plus ce problème.

Comment l’homme affecte t-il l’habitat des lamantins?

Les lamantins sont souvent en conflit avec le comportement humain. Les zones humides sont converties pour le développement agricole et l’exploitation du sel, ce qui réduit l’espace vital du lamantin. En outre, la pollution sous forme de pesticides et de sacs en plastiques, ainsi que les déversements du pétrole sont également des causes de dégradation de l’habitat. Au Sénégal, la construction de barrages bloque les routes migratoires naturelles. Les lamantins sont souvent pris au piège dans les écluses du barrage, les turbines et les vannes. Au Ghana, entre autres pays, les barrages anti-sel qui protègent les champs de riz derrière les mangroves contre l’intrusion d’’eau de mer bloquent aussi les voies de migration du lamantin.

« En Sierra Leone, les gens n’ont aucun respect pour le lamantin; si nous n’agissons pas rapidement, il va disparaitre” dit Victor Kargbo du Ministère des Pêches et des Ressources Marines. En Sierra Leone, les lois ont été mises en place pour protéger les espèces, mais les chasseurs continuent la capture et la mise à mort de lamantins. Les chasseurs sont souvent respectés quand ils parviennent  à en tuer. Les restes sont utilisés pour la décoration dans les maisons de chasseur montrant la prouesse accomplie. Les lamantins sont très prisés (viande savoureuse), et d’autres parties sont également utilisées pour la médicine traditionnelle (l’huile, les peaux, les os et les organes sexuels), pour les rituels et les pratiques religieuses.

En Guinée Bissau, tous les groupes ethniques attachent une valeur spirituelle aux lamantins. Les tribus locales croient que chasser le lamantin porte malheur. Cependant, les accidents avec les filets de pêche sont toujours source d’au moins 25 lamantins morts par an, déclare Cristina Ribeiro Schwarz da Silva de Instituto da Biodiversidade e Areas Protegidas en Guinea Bissau (IBAP). Deux des Aires marines protégées de Guinée Bissau sont d’excellents habitats pour les lamantins ; Parque Nacional de Orango et Parque Marinho Comunitario de Urok

Les Chasseurs du Delta du Saloum au Sénégal viennent en Gambie pour chasser les lamantins et ensuite rentrent à leurs villages situés à la frontière. Ces chasseurs spécialisés portent divers armes ; harpon, le poison, les pièges. Les lieux de prédilection de ces chasseurs sont les sources d’eau douce dans le delta, lieux ou les lamantins viennent boire.

Quels résultats obtenus à ce jour sur la Conservation du lamantin Ouest Africain ?

Un des résultats de la conservation du projet lamantin ouest africain a été l’inclusion du lamantin dans la nouvelle loi de pêche de 2009 en Sierra Leone, qui interdit la chasse et la capture de toutes les espèces en péril et les espèces marines. En outre, en Gambie, les chasseurs du lamantin en provenance du Delta du Saloum au Sénégal limitrophes sont aujourd’hui persécutés par la loi.

Au Sénégal, Wetlands International Afrique travaille en collaboration avec le comité régional de sauvegarde du lamantin mis en place au nord du pays (région de Matam). Les actions effectuées ont permis une bonne sensibilisation de l’OMVS (Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal) et de la SAED (Société d’Aménagement des Eaux du Delta du fleuve Sénégal). Cette société a procédé à l’enlèvement des grilles qui bloquaient les voies de migration des lamantins. En outre, un système d’alerte a été mis en place afin de faciliter les missions de sauvetage en 2008 et 2009

Rappelons que la première phase du projet lamantin a mis au point une stratégie régionale pour l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest qui comprend 22 pays dans lesquels le lamantin ouest africain présent, allant de la Mauritanie à l’Angola. Ce travail a contribué à l’élaboration, dans le cadre de la Convention sur les Espèces Migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) protocole d’accord sur le lamantin ouest africain et des petits cétacés accompagné d’un plan d’action.

Visitez : http://afrique.wetlands.org/lamantin (des photos, de la vidéo, etc.)

 

 

 

et : http://afrique.wetlands.org/iyb

 

 

 

 

 

Pour plus amples information veuillez contacter:

Mr. Momar Sow

Project Associate

Wetlands International Africa (WIA)

 Email: msow@wetlands.org

Website: http://afrique.wetlands.org

Tel. +221 33 6891681

Mobile: +221 77 6512082  

 

 

Communications and Media Coordinator

Pape Diomaye THIARE

Communications and Media Coordinator

Wetlands International Africa

Email: pthiare@wetlands-africa.org

Phone: +221 33 869 16 81