News in French

Use module action menu to edit content

Current Articles | Search | Syndication

Sénégal / Dénombrement Annuel des Oiseaux d’Eau Le PNOD point d’attraction des amoureux de l’avifaune

23-Feb-2014

Le Sénégal  procède le 15 janvier de chaque année au dénombrement annuel des oiseaux d’eau à l’image de tous les pays de la bande sahélo-saharienne. L’édition 2014 a été célébrée dans le Delta du fleuve Saloum, à Dakar, en Casamance et dans le Delta du fleuve Sénégal, bref un peu partout sur l’étendue du territoire national.  Cependant,  le point d’orgue a été le Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD). Le sanctuaire a reçu plusieurs équipes de compteurs. Comme par le passé Wetlands International Afrique (WIA) y a participé.

SAM 6266Pourquoi compter les oiseaux d’eau ? Cette question, ils sont certainement nombreux ceux qui quotidiennement se la posent. Et le Colonel Souléye Ndiaye, le Directeur des Parcs Nationaux du Sénégal (DPN) de donner ces éléments de réponse ‘’C’est pour voir d’abord les effectifs des populations d’espèces migratrices surtout les anatidés à savoir les canards qui nous viennent d’Europe.  Pendant la période de froid, ces oiseaux viennent ici pour passer la période de difficulté climatique en Europe. Il y a aussi des espèces éthiopiennes comme on les appelle : les cormorans, les pélicans, les dandrosignes qui ne migrent pas mais se déplacent d’une zone à une autre dans la zone sahélienne.  Donc, connaitre les effectifs c’est important pour mieux gérer la biodiversité. Il faut connaitre le capital qu’on a, ce capital extrêmement important  et la vitalité des habitats nous montre combien c’est important de connaitre les effectifs pour corriger’’. Le patron de la DPN explique que la chasse est ouverte depuis décembre dernier mais la dandrosigne fauve a été retirée du quota de tirs parce que d’année en année ses effectifs chutent. Or, affirme t-il, on ne peut pas se permettre de mettre une espèce sur un quota de tirs alors qu’on ne maitrise plus ses effectifs. On en a voit de moins en moins. D’où l’intérêt de faire du décompte. C’est aussi l’occasion d’alerter l’opinion sur les effectifs et les habitats surtout. ‘’Avant-hier, je disais à des spécialistes Suédois et Allemands que c’est bien de venir baguer des oiseaux mais se préoccuper des habitats des oiseaux, c’est encore meilleur, parce que si ces habitats sont menacés en Europe; que ces oiseaux viennent ici, il faudrait qu’ils trouvent des conditions de séjour pendant la saison hivernale qui leur permette de bien se nourrir, d’avoir de la force, assez de graisse pour retourner parce que la migration est une épreuve très difficile’’ soutient le CL Ndiaye.

DSC00494En termes d’effectifs, on remarque que depuis 2 ans, les pélicans se sont bien comportés au niveau de la reproduction, les conditions de reproduction ont été améliorées avec l’élargissement du nichoir. En dandrosignes veufs, on va vers les mêmes tendances que l’an passé. Les oies de Gambie ont donné une bonne impression, en revanche, on a vu peu de canards casqués cette année.

Le Djoudj et le Delta du fleuve Sénégal renferment 3 millions d’oiseaux toutes espèces confondues ‘’mais on s’intéresse particulièrement à des espèces dont la situation est souvent critique en Afrique et en Europe. Malgré les efforts faits l’année dernière dans l’aménagement du site, des choses restent à faire dans la gestion de l’habitat du Djoudj qui est extrêmement fragile’’ martèle le Colonel Souléye Ndiaye. Et le Directeur des Parcs Nationaux d’annoncer qu’entre  Mai et Juin prochain des travaux sont prévus pour augmenter la surface du nichoir afin de permettre à ce site classé patrimoine mondial de l’Unesco de recevoir encore des milliers et des milliers d’oiseaux migrateurs.

L’édition  2014 du dénombrement annuel des oiseaux d’eau a vu la participation de plusieurs spécialistes de l’avifaune, des partenaires comme Wetlands International, des bénévoles, des éco gardes et des populations du Djoudj.

En dehors de ce décompte chaque 15 janvier, les différents sites du pays font le 15 de chaque mois l’opération pour un meilleur suivi des espèces.

 

 

 

Communications and Media Coordinator

Wetlands International Africa

Phone: +221 33 869 16 81