News in French

Use module action menu to edit content

Current Articles | Search | Syndication

Communiqué Watershed Mali

29-May-2017

Pour un écosystème sain et une vie humaine saine, la qualité de l'eau est plus qu’importante. L'eau c’est la vie, et nous en  dépendons. D’où la nécessité de protéger ses sources et sa  qualité. Une bonne qualité de l'eau maintient  les écosystèmes sains et aboutit   à l'amélioration du bien-être humain. 

Au Mali de nos jours encore,  la question d’accès aux services WASH de qualité et pour tous est une problématique  d’actualité en raison des besoins grandissants de la population malienne. A titre illustratif,  en 2015,  seulement 16% des ménages ruraux et 38% des ménages urbains disposaient d’un assainissement amélioré alors que le pays est engagé pour un accès universel aux services WASH d’ici à 2030. En ce qui concerne les déchets solides, quelle que soit leur provenance, il manque cruellement  des infrastructures adéquates  pour les traiter et les évacuer. Par exemple à Bamako, près de 50%  des déchets ne sont  ni ramassée, ni traités. Ce qui expose la population à des risques graves de santé publique Les eaux résiduelles d’origine artisanale et industrielle sont en général déversées dans les caniveaux et les cours d’eau, sans traitement préalable. Le tout-à-l’égout n’existe que dans la capitale, desservant moins de 1% des Bamakois, et ce pourcentage  est en baisse puisque la population augmente sans cesse  pendant que  le réseau devient de plus en plus vétuste. Le fleuve Niger constitue alors  exutoire des déchets. Mais jusqu’ à quand cela va –t- il durer? 
 
Beaucoup de polluants d'eau ont des effets négatifs à long terme sur la qualité de l'eau, ce qui constitue un risque pour la santé humaine. En conséquence, l'eau douce est fortement réduite. En outre, la capacité des écosystèmes à fournir des services est considérablement réduite, parfois avec des effets irréversibles. L'environnement est dégradé par une diminution de la productivité de la biomasse, la perte de biodiversité et la vulnérabilité à d'autres contraintes. 
 
Pourtant,  il est beaucoup moins coûteux de protéger les ressources en eau que de les purifier après pollution. La protection et le maintien des milieux aquatiques garantissent la durabilité de leurs services éco systémiques, à savoir les avantages tels que l'eau potable, les pêches, les loisirs et le tourisme. Par exemple, les zones humides naturelles fonctionnant pleinement éliminent les substances nutritives et toxiques de l'eau. D’où l’importance de restaurer et de protéger les zones humides pour assurer une qualité d’eau. 

Pour une durabilité des services WASH, il faut intégrer  l’approche: Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE)! 

La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) au Mali en effet, consacrée par  la  Stratégie Nationale et le  Plan d’Action National (PAGIRE) a fait l’objet de plusieurs programmes menés au niveau national et de la sous-région. Des nombreuses études sur les ressources ont été menées, des nombreuses données hydrologiques et piézométriques sont récoltées et des  initiatives ont été conduites pour la mobilisation des ressources, la protection des berges des fleuves, la prévention des inondations et sècheresses, etc. Un bulletin hydrologique est élaboré, publié et divulgué chaque semaine, une base de données appelé Hydraccess est active et un Système National d’Information sur l’eau (SINEAU) est en cours de mise en œuvre, tout comme des logiciels pour l’allocation optimale des ressources en eau. 
 
Toutefois, les acteurs WASH regrettent le faible impact de toutes ces activités au niveau des services d’eau et d’assainissement. En effet, au Mali, aucun lien ou interaction entre la gestion des ressources et la fourniture des services n’est constaté. Les données produites au niveau de la GIRE ne sont pas toujours partagées avec les acteurs WASH et ne sont pas utilisés pour orienter les projets WASH. On note aussi une  surexploitation ou une  pollution des ressources qui ne sont suffisamment adressées. Les analyses de la qualité de l’eau sont effectuées au moment de la réalisation d’un ouvrage mais ne sont pas répétés systématiquement en vue d’un suivi continu de la qualité. Il semble ainsi indispensable de revoir le cadre global d’intervention alors de la GIRE afin de remettre la gestion des ressources au service des populations et des secteurs économiques prioritaires. 
 
Tout en  reconnaissant  les efforts déjà accomplis par le gouvernement, nous partageons avec vous les constats suivants:

  • La GIRE peut à la fois offrir un service WASH plus durable et des écosystèmes plus sains;
  • Les écosystèmes en bonne santé (en particulier les zones humides saines) contribuent à fournir des services WASH durables car les zones humides peuvent stocker de l'eau et purifier l'eau contaminée;
  • Le WASH non durable peut détériorer la santé des écosystèmes (en particulier la dégradation de la qualité de l'eau due à une gestion non durable des boues fécales);
  • Le soutien aux  écosystèmes sains (comme les zones humides saines) de WASH, fournit  toutes sortes d'autres services éco systémiques qui aident les gens à vivre en bonne santé, à résister et à soutenir le développement des moyens de subsistance. Par conséquent, investir dans des paysages sains devrait aller de pair avec l'investissement dans WASH;
  • Une  approche holistique dans le secteur nécessite des arrangements particulièrement dans la gouvernance et le financement du WASH, de la GIRE et de la gestion de l'environnement;
  • La mise à disposition des données sur la GIRE auprès des acteurs Wash contribuera fortement à une intégration des deux secteurs; 

La sécurité de l’eau: une responsabilité partagée! 

Protéger les sources d'eau de la pollution est la responsabilité de tous. Cette dernière ne peut être laissée aux seules autorités publiques. Tous les secteurs, publics et privés, doivent prendre des mesures appropriées et adéquates pour assurer la préservation de la qualité et de la sécurité de l’eau. Cela exige l'engagement ouvert de toutes les parties prenantes, des individus et des communautés locales aux organisations internationales, aux organisations non gouvernementales et à la société civile. L'action doit être différenciée en fonction du type d'utilisation de l'eau et des acteurs, que ce soit en tant que personne physique ou en tant que personne morale. Il est urgent d'intensifier la recherche, le suivi et l'évaluation de la qualité de l'eau au niveau du Mali en adoptant une approche intégrée en utilisant le bassin comme unité de gestion. Les résultats scientifiques de la recherche devraient informer l’élaboration et la mise en œuvre des politiques. En outre, des fonctions réglementaires suffisamment financées et équipées sont nécessaires pour assurer le respect et l'application des règles et règlements. 
 
Telles sont les questions qu’adresseront le projet Watershed au Mali durant les cinq prochaine années et demandons votre forte adhésion et contribution à l’atteinte de ces résultats! 

Communications and Media Coordinator

Wetlands International Africa

Phone: +221 33 869 16 81