Le Fleuve Niger et ses Deltas

Le fleuve Niger, source de vie pour une grande partie de la région du Sahel, traverse les zones arides du Mali et du Niger. Chaque année, elle inonde le delta intérieur du Niger au Mali, permettant ainsi la pêche et fournissant l'eau pour l’usage agricole et domestique, dont dépendent  quelques 1,5 million de personnes et des millions d'oiseaux d'eau migrateurs. Les barrages hydroélectriques, de vastes systèmes d'irrigation et les changements climatiques affectent le débit d’eau dans cet important fleuve. Nous travaillons avec les communautés locales, les gouvernements et les organisations régionales de gestion des bassins afin d'assurer l'approvisionnement en eau dans le delta.

Avec une longueur totale d'environ 4,100 km, le fleuve Niger est le troisième plus long fleuve d'Afrique qui coule depuis les hauts plateaux de la Guinée passant par les zones arides du Sahel et se jette dans le delta du Niger au Nigeria. Les différences dans les précipitations sont énormes: l'extrême nord aride du bassin reçoit moins de 50 mm de pluie par an, tout ceci durant une unique saison de pluie, alors que les parties humides, au sud du bassin, en Guinée et au Nigeria, reçoivent plus de 2.000 mm (ABN, 2005).

L’eau provenant des fleuves Niger et Bani provoque l’indispensable inondation annuelle du Delta Intérieur du Niger au Mali, remplissant ses plaines inondables, ses nombreux, marécages, marais et le lac Debo. Environ 1,5 million de personnes dépendent du delta pour ses poissons, leur agriculture, le transport et l'assainissement. En outre, des millions d'oiseaux d’eau faisant leur migration annuelle aussi loin de l'Europe et de l'Arctique pour se nourrir et se reproduire dans le Delta Intérieur du Niger. Lirez nos publications

Le problème

Le débit de cette eau vital est plus que jamais soumis à des pressions issues des barrages hydrauliques et des vastes systèmes d'irrigation. Les Barrages dans le Haut Niger en Guinée et au Sud Mali prélèvent de grandes quantités de l'eau destinée au Delta Intérieur du Niger. Ces impacts humains en combinaison avec des précipitations moins prévisibles et moins importantes dû aux changements climatiques, mènent à des diminutions de niveaux voire des pénuries d'eau. Moins d'eau signifie moins de poissons, moins de fourrage, moins de bovins et autres usages domestiques. Moins de nourriture, signifie aussi une pression accrue de la chasse des oiseaux d'eau migrateurs. 

Ce que nous faisons

Nous travaillons avec les communautés locales à s'adapter à ces conditions changeantes, par exemple, par la restauration des forêts inondées dans le delta, la mise en place de plans de gestion de l'eau et le développement des outils de prévision des crues afin que les agriculteurs puissent ajuster leur production agricole.

Avec le gouvernement malien, nous travaillons à faire du plan de développement du delta intérieur du Niger, un plan vraiment durable, tenant compte des tendances d'inondation, des zones humides et de la biodiversité.

Au niveau régional, nous travaillons avec l’Autorité du Bassin Niger pour réduire l'impact des projets d'infrastructures existants et à venir. Par exemple, nos études approfondies sur le projet du barrage de Fomi en amont du fleuve en Guinée a conduit à une deuxième révision des plans du barrage ; ce qui va fortement réduire ses répercussions en aval.

A l’extrémité du fleuve Niger, nous mettons en place des opérations visant à atténuer l'impact des infrastructures pétrolières dans le delta du Niger au Nigeria. Dans les années à venir, nous allons travailler avec les communautés dans le delta pour développer des moyens de subsistance durables dans cette région touchée par la pollution, la pauvreté et les conflits.

Publication

Contact

Pour le Fleuve Niger et Delta Intérieur (Mali): Elhadj Bakary Koné

Coordinateur national

E-mail: bkone @ wetlands-africa.org

Tel.: +223 20 29 37 82

Pour le Delta du Fleuve Niger (Nigeria): Assitou Ndinga

Coordinateur de Projets

E-mail: ndinga @ wetlands-africa.org

Tel.: +221 33 869 16 81

Réalisations

  • Depuis plus d'une décennie, nous avons étudié les impacts des barrages et des changements climatiques sur le delta intérieur du Niger, documentés dans des dizaines de publications.
  •  L'utilisation de ces connaissances, nous ont permis d’influencé le «Plan de développement durable pour le delta intérieur du Niger. Ce plan prévoit maintenant des propositions pour l'utilisation équilibrée des eaux pour les multiples services éco systémique
  • La plaidoirie de notre équipe du Mali auprès des gouvernements guinéens et maliens, de l’Autorité du Bassin du Niger et de la Banque Africaine de Développement a abouti à une importante révision et la réduction en taille du barrage de Fomi prévu en amont sur le du fleuve Niger en Guinée.
  • Le gouvernement malien s'est engagé à limiter les prélèvements en amont des barrages et de l'Office du Niger pour les vastes cultures du riz au Mali et puis permettre un débit suffisant d’eau dans le delta.
  • Grâce à nos outils d'alerte rapide (telles que l’outil de prédiction d’inondations OPIDIN), utilisés par le comité régional de Mopti, nous avons augmenté la résilience de 10.000 membres communautaires à la sécheresse dans le delta, et 60 villages sont maintenant mieux préparés à la gestion des risques.
  • En outre, notre équipe de Mali a développé et formé le comité régional pour d’informer les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs sur le comportement des crues à venir en utilisant ces outils.
  • Nous avons reboisé de vastes étendues de forêts inondables dégradées en fournissant des micros crédits (Bio Right) aux groupes de femmes.

Vidéo (Anglais)