Zones humides : Paix et Sécurité

Accueil » Blogs » Des Réserves d’Eau Remplies à Nouveau des Montagnes Vers la Mer » Agriculture dans les Zones Humides et Pêche » Zones humides : Paix et Sécurité
Blog

Le nombre de conflits dans le monde a considérablement augmenté au cours des 10 dernières années. Cela déplace de plus en plus de personnes et augmente l’insécurité humaine. Alors que de nombreuses zones touchées sont centrées autour des zones humides importantes, la relation entre les zones humides, la paix et la sécurité est à peine reconnue. Avec les problèmes de sécurité qui dominent de plus en plus l’agenda mondial, il est temps de changer.

Alors que les organisations internationales reconnaissent les liens entre l’eau, la paix et la sécurité, le rôle des zones humides reste encore largement inexploré. Le panel mondial de haut niveau sur l’eau et la paix, composé de 15 États membres des Nations Unies, a conclu l’année dernière que le défi mondial de l’eau ne concerne pas seulement le développement et les droits de l’homme mais aussi la paix et la sécurité.

La Déclaration de La Haye sur la sécurité planétaire a souligné en décembre 2017 que le risque climatique était un facteur clé de la sécurité humaine et des conflits. Dans une déclaration du Secrétaire Général en janvier de cette année, le Conseil de Sécurité Internationale des Nations Unies a reconnu que les changements climatiques et les changements écologiques ont des effets négatifs sur la stabilité de la région du Sahel. Il est temps d’intégrer les zones humides dans l’équation.

Des zones humides saines peuvent apporter une contribution importante au maintien de la paix, tandis que la perte de zones humides peut contribuer à l’insécurité croissante. Le Delta Intérieur du Niger au Mali en est un bon exemple. J’ai eu l’occasion d’en discuter avec Soumana Timbo lors d’un événement organisé par Wetlands International lors d’une conférence africaine sur la Convention de Ramsar sur les zones humides.

Timbo, Directeur national adjoint des eaux et forêts et Point focal Ramsar au Ministère de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable du Mali, a expliqué comment l’écosystème et l’économie du Delta intérieur du Niger est lié à l’inondation annuelle de ses plaines. “Toute réduction de la zone inondable se traduit par un impact négatif important à travers divers conflits” a t il ajouté. “Les défis sont multiples car les habitants du Delta Intérieur du Niger ont très souvent des intérêts différents”.

Moins il y a de ressources, plus il y a de conflits entre les différents utilisateurs des ressources de la zone humide: pêcheurs, agriculteurs et pasteurs. Il y a des conflits pour l’accès aux meilleurs lieux de pêche ou de pâturages, mais il y a aussi des conflits entre différents utilisateurs: des conflits entre agriculteurs et éleveurs par exemple, parce que les agriculteurs ne prennent pas en compte les voies d’accès aux points d’eau et aux pâturages, et parce que les éleveurs doivent respecter le calendrier agricole. Dans la seule région de Mopti, il y avait déjà plus de 500 conflits liés aux pâturages, à l’agriculture et à la pêche en 2016.

“Les caractéristiques de l’inondation du Delta Intérieur du Niger ont changé parce que les inondations ont changé en raison de circonstances naturelles comme le changement climatique, mais aussi en raison de l’impact et de la gestion des nouvelles infrastructures en amont”, explique Timbo. “La gestion rationnelle et équitable des écosystèmes du Delta et l’amélioration de la résilience de ses communautés aideront à calmer le climat social et à réduire la pauvreté des populations”.

Bongo and elephant in the Sangha wetland. Photo by Andrea Turkalo.

L’état des zones humides à un impact sur la sécurité humaine, et l’insécurité a également un impact sur les zones humides. Un afflux de réfugiés, par exemple, peut affecter l’état des zones humides, et la protection et la restauration des zones humides peuvent être entravée par les conflits. Lors de la même conférence de Ramsar, j’ai également rencontré Jules Tombet, expert national en gestion participative des ressources forestières au ministère de l’eau, des forêts, de la chasse et de la pêche de la République centrafricaine (RCA). La situation à laquelle il fait face reflète un exemple de conflit affectant les zones humides.

La RCA compte deux sites humides protégés, Mbaere Bodingue et Rivière Sangha. Les zones humides, constituées de rivières, de marais, de lacs et de vastes zones de forêts denses périodiquement inondées, sont responsables du contrôle et de la prévention des inondations dans la région. Cela garantit que les moyens de subsistance des communautés locales sont minimalement affectés pendant la saison des pluies.

Tombet a expliqué qu’en raison du conflit que la RCA a connu, ces zones humides sont touchées par despersonnes déplacées internes à la recherche d’ abri. “Entre mille et trois mille personnes déplacées se sont réfugiées dans ces zones humides, coupant des arbres pour construire des tentes et contribuent ainsi à la déforestation et à l’érosion des berges. Mon plan est de travailler avec les personnes déplacées pour restaurer ces sites Ramsar tout en développant des activités de résilience “, a-t-il dit, ajoutant que 10 sites ont été identifiés  la dans la partie Nord de la RCA faisant frontière avec le Tchad. Compte tenu de la situation sécuritaire encore délicate, seule la stabilité permettra leur classification efficace dans les sites Ramsar.

Mr. Jules Tombet, National Expert on Participatory Management of Forest Resources in the Ministry of Water, Forests, Hunting and Fisheries of the Central African Republic (RCA).

Les “hotspots” des zones humides “comprennent à la fois les zones humides qui contribuent à l’insécurité et les zones humides qui sont touchées par les conflits. Ces “hotspots” ne sont pas limités à l’Afrique. Les marais mésopotamiens en Irak et en Iran, par exemple, sont également affectés par les conflits. Cependant, il manque un aperçu complet des «points chauds» des zones humides.

Nous ne prétendons pas que la dégradation des zones humides est la principale cause de l’insécurité et des conflits humains – les ressources naturelles et leur gestion ne sont presque jamais la seule cause de conflits violents. Cependant, ils peuvent être des facteurs importants de conflit lorsqu’ils interagissent avec divers facteurs politiques, sociaux, ethniques et autres. La dégradation et la perte des zones humides méritent une reconnaissance et une attention beaucoup plus grandes en ce qui concerne les conflits et la sécurité.

Afin de mettre la question à l’ordre du jour des organisations internationales, nous devons d’abord mieux comprendre l’emplacement et la situation des points chauds des zones humides. Parfois, cela peut être sensible, surtout si une situation implique deux pays ou plus, comme c’est le cas avec les marais mésopotamiens. Le Delta Intérieur du Niger au Mali, les deux zones humides protégées en RCA les marais mésopotamiens en Irak et en Iran, le Sudd au Soudan du Sud, le lac Tchad et le marais Lorian au Kenya sont définitivement sur notre liste. N’hésitez pas à ajouter d’autres exemples et idées dans les commentaires !

 

Laissez un commentaire