Restauration communautaire et écologique de la mangrove (CBEMR): rétablir un écosystème côtier plus riche en biodiversité et plus résilient avec la participation de la communauté Restauration communautaire et écologique de la mangrove (CBEMR): rétablir un écosystème côtier plus riche en biodiversité et plus résilient avec la participation de la communauté

Restauration communautaire et écologique de la mangrove (CBEMR): rétablir un écosystème côtier plus riche en biodiversité et plus résilient avec la participation de la communauté

Accueil » Etudes de cas » Restauration communautaire et écologique de la mangrove (CBEMR): rétablir un écosystème côtier plus riche en biodiversité et plus résilient avec la participation de la communauté
Etude de cas
Formation CBMER au Saloum, Sénégal- Mai 2018

Formation CBMER au Saloum, Sénégal- Mai 2018

L’Afrique de l’Ouest figure parmi les régions les plus menacées par le changement climatique. De fortes sècheresses, une déforestation massive, des pratiques agricoles non viables et une mauvaise gestion des bassins versants ont rendu une grande partie de l’Afrique de l’Ouest dangereusement vulnérable à l’élévation du niveau de la mer et aux phénomènes météorologiques extrêmes provoqués par le changement climatique. La restauration et la conservation des zones humides de la région, en particulier leurs écosystèmes de mangroves, est un élément essentiel de la stratégie d’atténuation des catastrophes et de protection du littoral proposée pour la région. Le programme CBEMR (Restauration communautaire et écologique de la mangrove) de Mangrove Action Project vise à donner aux communautés locales les moyens de restaurer et de gérer leurs mangroves tout en assurant des moyens de subsistance viables dérivés des mangroves. L’implication des communautés locales dans la restauration de la mangrove est essentielle, car elle offre aux participants un sentiment d’autonomisation et de participation à la résolution de leurs propres problèmes environnementaux et sociaux-économiques de développement communautaire. Les efforts traditionnels de restauration des mangroves sont confrontés à un nombre de défis dans la réhabilitation d’écosystèmes de mangroves sains. La plupart de ces efforts sont des tentatives infructueuses d’établissement des plantations de monoculture qui manquent de biodiversité et de véritables fonctions écosystémiques, ou des formulations de projets qui négligent les problèmes sous-jacents ou les facteurs de stress qui affectent les mangroves et ont causé leur perte pour commencer, comme par exemple une salinité anormalement élevée ou une hydrologie perturbée – balancement des marées et mélange d’eau salée et d’eau douce – essentielle pour des écosystèmes de mangroves sains. Les problèmes des bassins versants continentaux, tels que la sècheresse ou les inondations causées par les rejets des barrages ou les fortes pluies, peuvent affecter les flux d’eau douce dans les mangroves, affectant négativement l’hydrologie. Cela peut nécessiter de créer des moyens de capter, de stocker et, plus tard, de libérer de l’eau douce dans les mangroves pour maintenir un bon équilibre entre l’eau salée et l’eau douce.

Formation CBMER au Saloum, Sénégal- Mai 2018

Formation CBMER au Saloum, Sénégal- Mai 2018

La méthodologie CBEMR en revanche, vise à restaurer l’hydrologie et envisage des ajustements de la topographie d’une zone perturbée, afin que les mangroves puissent se régénérer naturellement, entrainant une véritable restauration des écosystèmes avec une biodiversité plus riche. Plus important, les communautés locales des mangroves apprennent à effectuer ce travail et ce faisant, apprennent à restaurer, à valoriser et à gérer de manière responsable leurs mangroves. À cette fin, Mangrove Action Project (MAP) s’est associée à Wetlands International Africa pour organiser un atelier de formation sur la CBEMR dans le delta du Saloum, au Sénégal. L’atelier a réuni 21 participants en avril 2018.

Source : Nature & Faune journal, Volume 32, Numéro 1

http://www.fao.org/documents/card/en/c/I9937FR