Denombrement Annuel des Oiseaux d’eau – Wetlands International et le DPN a Bargny et a Sendou

Home » Actualités » Saine Nature des Zones Humides » Census international des oiseaux d'eau » Denombrement Annuel des Oiseaux d’eau – Wetlands International et le DPN a Bargny et a Sendou
Actualités

Le décompte annuel des oiseaux d’eau le 15 janvier est une activité phare inscrite dans l’agenda de Wetlands International Afrique. Comme il est de coutume, l’organisation y a participé activement aux cotés de la Direction des Parcs Nationaux du Sénégal (DPN). La plage de Bargny et les Carrières de Sendou (banlieue Dakaroise), ont été visitées par les amoureux de l’avifaune.

Fidèle à sa mission, Wetlands International Afrique, a été au rendez-vous le 15 janvier 2015 pour le dénombrement annuel des oiseaux d’eau (DOEA) à Bargny et à Sendou, dans la région de Dakar.

D’emblée, le Commandant Lamine Kane de la Direction des Parcs Nationaux du Sénégal (DPN), a expliqué les raisons du comptage annuel. Pourquoi le 15 janvier exactement pour faire le dénombrement ? Pendant la période de froid, les oiseaux viennent ici pour fuir les rigueurs  du climat en Europe ; le 15 janvier est considéré par la Convention Ramsar comme une période de stabilisation de la migration, date propice pour collecter des informations.

Et le Commandant Kane d’insister sur le fait que les gaps sont fréquents dans le décompte. ‘’Lorsqu’il y a une trop grande colonie d’oiseaux, on ne peut que faire une estimation sur le nombre‘’ a-t-il déclaré.

Le fait de connaitre les effectifs permet de mieux gérer la biodiversité.  Toutefois, il s’agit surtout de voir particulièrement  les espèces dont la situation est souvent critique en Afrique et en Europe.

Le décompte a débuté tôt dans la matinée pour s’achever aux environs de  11h. Une vingtaine d’espèces a été notée. Il s’agit des grands cormorans, aigrettes garzettes, des sternes, des hérons garde-bœuf, des goélands  bruns, des bécasseaux minutes et sanderlins etc.

Chaque année, le Sénégal procède au dénombrement annuel des oiseaux d’eau à l’image de tous les pays de la bande sahélo-saharienne. Cette année aussi, des équipes se sont rendues dans le Delta du fleuve Sénégal, dans le Delta du fleuve Saloum, en Casamance, dans la Petite Cote et à Dakar entre autres sites de prédilection des oiseaux d’eau sur l’étendue du territoire national.
En dehors de ce décompte chaque 15 janvier, les différents sites du pays font le 15 de chaque mois l’opération pour un meilleur suivi des espèces.

Le Djoudj et le Delta du fleuve Sénégal renferment 3 millions d’oiseaux toutes espèces confondues.