Les autorités invitées à revoir les plans d’irrigation à grande échelle et de construction de barrages le long de l’Artère vitale du Delta Intérieur du Niger au Mali 

Home » Actualités » Protection et Rehabilitation des Ressources des Tourbieres » Atténuation & Adaptation au Changement Climatique » Les autorités invitées à revoir les plans d’irrigation à grande échelle et de construction de barrages le long de l’Artère vitale du Delta Intérieur du Niger au Mali 
Actualités

Les plans d’irrigation à grande échelle et de construction de barrages le long du fleuve Niger au Mali, requièrent une attention particulière et urgente de la part des autorités nationales, régionales et internationales, selon une nouvelle étude et une note d’information de Wetlands International et de ses partenaires. Telle qu’elle est actuellement conçue, l’infrastructure prévue affectera considérablement le delta intérieur du Niger, ce qui aura un impact négatif sur la production et les moyens de subsistance, aggravant ainsi les tensions dans une région déjà fragile.

Les plans visant à accroître la production alimentaire et énergétique en amont auront des répercussions majeures sur la production et les moyens de subsistance dans le Deltat Intérieur du Niger

Les plans visant à accroître la production alimentaire et énergétique en amont auront des répercussions majeures sur la production et les moyens de subsistance dans le Deltat Intérieur du Niger

Menaces actuelles sur le delta intérieur du Niger

La zone humide du delta intérieur du Niger (DIN), au centre du Mali, avec ses plaines d’inondation saisonnières, joue un rôle essentiel dans la sécurité alimentaire et assure la subsistance de deux millions de personnes. Cependant, les plans d’expansion à grande échelle de l’irrigation, ainsi que la construction du barrage de Fomi en amont, sont destinés à réduire le débit d’eau dans le delta, ce qui a un impact direct sur l’étendue des inondations et la production dans la zone humide.

Le rapport “Sustaining the Inner Niger Delta Lifeline” de Wetlands International, soutenu par Wolfs Company, l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique, Altenburg et Wymenga, et l’Institut international de gestion de l’eau, lancé ce mois-ci, estime que les impacts combinés de l’irrigation prévue et de la construction du barrage devraient réduire la production moyenne de riz dans la zone humide jusqu’à 11 %. Et, dans la région clé de Mopti, il est probable que les prises de poissons commercialisés diminueront de 20 %, et que les populations de bétail diminueront de 7 %. La perte de biodiversité sera sévère. De tels impacts alimenteront une concurrence accrue pour les ressources naturelles, ce qui, à son tour, augmentera la fragilité d’un pays dont la sécurité est déjà compromise.

Le gouvernement doit écouter le peuple

Ces résultats, qui font suite à un coup d’État militaire en août, soulignent la nécessité d’écouter les citoyens lorsqu’il s’agit de développer les infrastructures, en particulier celles qui touchent le delta intérieur du Niger. Le président Ibrahim Boubacar Keita a été évincé le 18 août à la suite de manifestations de masse contre la corruption, la détérioration de la situation sécuritaire et la mauvaise gestion de l’économie. Les nouveaux dirigeants du Mali ont depuis accepté de mettre en place un gouvernement de transition de 18 mois. Une charte de transition a été élaborée pour guider le gouvernement jusqu’à la tenue de nouvelles élections.

“Cette étude montre qu’il est plus que jamais essentiel que le gouvernement soit à l’écoute de ses citoyens, y compris des habitants du delta intérieur du Niger pour qui l’eau est une question clé. L’eau est une ressource essentielle pour un pays sahélien comme le Mali, qui implique de nombreux acteurs”, déclare Joyce Kortlandt, Chargée de Plaidoyer à Wetlands International.  “Elle ne doit pas être guidée par un seul secteur mais nécessite une gestion véritablement intégrée et multisectorielle impliquant tous les acteurs, à la fois de différents secteurs et de différents niveaux, en commençant par les gens sur le terrain”.

Jusqu'à deux millions de personnes dépendent du Delta Intérieur du Niger pour leur subsistance : petits exploitants agricoles, pêcheurs migrants et sédentaires, et éleveurs de chèvres, de moutons et de bovins

Jusqu’à deux millions de personnes dépendent du Delta Intérieur du Niger pour leur subsistance : petits exploitants agricoles, pêcheurs migrants et sédentaires, et éleveurs de chèvres, de moutons et de bovins

La gravité de la situation 

Selon l’étude, les chiffres moyens masquent en fait la gravité de la situation. L’année 1984 est souvent utilisée pour illustrer les forces destructrices des conditions de sécheresse, qui ont conduit à une famine nationale et à une mort massive du bétail. Alors qu’une telle année de catastrophe se produit actuellement une fois tous les 50 ans, dans le cadre de l’infrastructure prévue, la fréquence d’une telle catastrophe passera à une fois tous les 12,5 ans. Étant donné que la population malienne s’est considérablement accrue depuis 1984, la survenance d’une catastrophe affectera plus de personnes qu’auparavant.

Le barrage de Fomi, sans nouvelle irrigation, aura de graves répercussions sur les prises de poisson commercialisées dans le Delta intérieur du Niger qui représente actuellement 80 % du commerce national de poisson.

Le barrage de Fomi, sans nouvelle irrigation, aura de graves répercussions sur les prises de poisson commercialisées dans le Delta intérieur du Niger qui représente actuellement 80 % du commerce national de poisson.

Les autorités doivent prendre des mesures urgentes

Les plans de développement actuels exigent une attention sérieuse et urgente de la part des autorités nationales, régionales et internationales. Les mesures doivent garantir que les développements liés à l’eau maintiennent les systèmes naturels critiques tels que le DIN  plutôt que de les épuiser et de créer des risques et des problèmes, souligne la note d’orientation de Wetlands International.

Le gouvernement du Mali devrait repenser les plans actuels d’extension de l’irrigation de l’Office de Niger et de développement du barrage de Fomi et faire des choix pour la sécurité alimentaire et énergétique sur la base d’évaluations environnementales opportunes et transparentes. L’eau devrait devenir une priorité nationale et les choix de développement devraient être guidés par une gestion des ressources en eau véritablement intégrée et multisectorielle. Les acteurs internationaux peuvent apporter leur aide en fournissant un soutien financier et technique aux projets qui soutiennent ces priorités et qui évitent de contribuer aux conflits.

À propos du rapport et de la note politique “ Soutenir L’Artère Vitale Du Delta Intérieur Du Niger”

La note d’information est rédigée à l’intention des autorités nationales, régionales et internationales, ainsi que des organisations de la société civile actives au Mali. Il s’appuie sur les principales conclusions du rapport “Soutenir L’Artère Vitale Du Delta Intérieur Du Niger” : Comment le développement des barrages et l’expansion de l’irrigation proposés affectent-ils cette situation ? Le rapport fournit une analyse approfondie du DIN et de l’impact des plans de développement, sur la base de recherches approfondies menées par des partenaires clés de Wetlands International et soutenues par l’ambassade des Pays-Bas au Mali.

La note d’information et le rapport de recherche sont disponibles en anglais et en français.

Note d’information

Rapport de recherche