Sélingué, Mali / Gestion intégrée des ressources en eau : Le Programme BAM-GIRE lancé par Wetlands International

Home » Actualités » Des Réserves d’Eau Remplies à Nouveau des Montagnes Vers la Mer » Approvisionnement en eau & hygiène » Sélingué, Mali / Gestion intégrée des ressources en eau : Le Programme BAM-GIRE lancé par Wetlands International
Actualités

Wetlands International Mali a choisi la localité de Sélingué à 140 Km de Bamako pour le lancement de son nouveau programme sur la Gestion intégrée des ressources en eau dénommé « BAM-GIRE ». Celui-ci vise à assurer « un Bassin du Niger vivant, où les moyens d’existence et la biodiversité sont sécurisés dans un environnement changeant ». Sa zone d’intervention couvre le Niger supérieur et le Delta Intérieur du Niger, soit deux portions du bassin du fleuve Niger au  Mali et en Guinée Conakry. Le financement du projet est assuré par le Royaume des Pays-Bas, à travers son Ambassade au Mali pour la période 2015-2019.

Sur financement de l’Ambassade des Pays-Bas au Mali, le programme BAM-GIRE va être un tournant décisif dans la gestion des ressources en eau au Mali et à la Guinée voisine. Le Coordinateur national de Wetlands International Mali qui avait à ses cotés Mme Joséphine Reinartz, Directrice des Opérations au siège de Wetlands International à Ede aux Pays-Bas, a expliqué son importance. A en croire M. Bakary Koné, le projet produira des savoirs à travers la mise en place d’un observatoire, l’évaluation et la cartographie écosystémiques et développera des outils d’aide à la décision. Il a également insisté sur  la place du Niger supérieur dans le projet, ce qui justifie la tenue de son lancement à Sélingué. Enfin, M. Koné a insisté sur la mobilisation de l’ensemble des acteurs auprès de Wetlands International Mali pour la mise en œuvre du projet.

Le Premier Secrétaire en charge de l’Eau à l’Ambassade des Pays-Bas au Mali a rappelé que le Bamgire est un programme du Gouvernement du Mali mis en œuvre par Wetlands International Mali. M. Peter Zoutewelle a ainsi insisté sur le besoin de préciser les rôles et responsabilités des acteurs dans la mise en œuvre du projet,  de renforcer la communication, de développer des partenariats stratégiques et de synergie des actions y compris dans la prise en compte de la question du partage de l’eau.

En ouvrant les travaux de l’atelier de lancement du projet BAM-GIRE, le Conseiller technique du Ministre de l’Energie et de l’Eau, dira qu’une étape importante de la mise en œuvre du programme conjoint d’appui à la GIRE vient d’être franchie pour donner une réponse à  la dégradation de la situation écologique et socio-économique et la réduction de la pauvreté au Mali et en Guinée grâce à une bonne connaissance des ressources en eau et leur gestion intégrée. M. Navon Cissé de déclarer, à l’attention des participants : « Votre présence à cet atelier de lancement du programme GIRE est salutaire, mais elle doit s’inscrire dans une démarche de son appropriation effective afin de jouer pleinement vos rôles et responsabilités dans sa mise en œuvre ».

Pour sa part, M. Amadou Diabaté, le représentant du chef de l’exécutif de la région de Sikasso, a mis l’accent sur la pertinence du projet qui devra contribuer à la réduction de la pauvreté y compris la sécurité alimentaire dans un contexte de changement climatique au niveau des sous bassins du Niger supérieur et du Delta Intérieur du Niger.

Dans son allocution de bienvenue aux participants, le maire de la commune rurale de Baya a salué la tenue de l’initiative dans sa circonscription qui œuvre activement en matière de gestion intégré des ressources en eau (GIRE) à travers le Comité Local de l’Eau (CLE) de Sélingué. Selon M. Magatte N’Diaye lui,  la GIRE est une priorité de la politique de développement de sa commune et reste la voie utile pour pérenniser l’eau afin qu’elle soit une ressource plus porteuse de bénéfices que de dommages.

L’atelier a enregistré une cinquantaine de participants issus des directions nationales, des services centraux, des offices de développement et des laboratoires du Mali et de la Guinée Conakry.

Enfin, l’Ambassade des Pays-Bas au Mali a été vivement remerciée pour  l’appui technique et financier au projet en particulier et au Programme Conjoint d’Appui à la GIRE en général.

Des débats enrichissants

Trois exposés ont suivi les allocutions notamment les acquis de Wetlands International au Mali présentés par Bakary Koné, le coordinateur national de Wetlands International Mali, l’expérience du CLE de Sélingué par son président Monsieur Hamet Keïta et  le projet BAM-GIRE par le chargé de programmes de Wetlands International Mali, Dr. Mohamed Gareyane.

Il y a eu des débats pertinents et constructifs pour une mise en œuvre plus efficace du projet ainsi que la formulation d’orientations qui interpellent Wetlands International et tous les acteurs notamment. Il s’agit de :

  • Définir les rôles et responsabilités de chaque acteur dans la mise en œuvre du projet ;
  • Développer la synergie et la complémentarité entre l’observatoire du Niger supérieur et le Delta Intérieur du Niger avec les observatoires existants et à venir ;
  • Développer un partenariat avec le Programme du Massif du Fouta Djallon ;
  • Assurer la promotion de l’information, de l’éducation et de la communication; financée par l’ensemble des acteurs, en faveur d’un meilleur partage de l’eau entre les usagers et les usages surtout au niveau des offices de développement ;
  • Appuyer l’’élaboration de textes appropriés pour la préservation du Delta Intérieur du Niger comme zone humide d’importance internationale ;
  • Appuyer l’élaboration des textes de classement de la Bagoé en vue de sa préservation contre la prolifération des activités d’orpaillage depuis Fourou jusqu’à la confluence avec le Baoulé (orpaillage traditionnel et moderne) Préoccupation. Pousser les textes pour le classement ;
  • Procéder à l’étude d’identification des sous-bassins ;
  • Favoriser l’institutionnalisation et le Portage de l’OPIDIN notamment la production des bulletins par la Direction Nationale de l’Hydraulique.